Tension et narration

La tension est l’énergie du romancier. Elle ne doit pas entraver son récit, mais le ponctuer. Le Paris assiégé de 1870 a fourni un cadre exceptionnel pour tenter l’exercice lors de l’écriture de Cent soixante-dix.

Illustration : Anton Skripal – Tous droits réservés

Lire les articles précédents :
Parution de Cent soixante-dix !

Cent soixante-dix ? Du plus bel effet dans une bibliothèque...

Fermer